Brainwaves

J’ai rencontré le neurologue pour parler des résultats des tests effectués suite à ma crise de convulsions : prise de sang, électrocardiogramme, scanner, électroencéphalogramme.

Les tests n’ont rien révélé d’anormal

Les tests n’ont rien révélé d’anormal : composition sanguine, rythme cardiaque et réflexes sont normaux, de même que le cerveau qui ne montre aucun signe d’activité épileptique.

Il se trouve que le médicament principal que je prends régulièrement est connu pour abaisser le seuil de d’apparition des crises convulsives et je prenais déjà la dose maximale. De plus, ça faisait deux mois que je dormais très peu : deux à quatre heures par nuit. La privation de sommeil, la fatigue, le stress et les médicaments ont donc créé les conditions favorables au déclenchement d’une crise.

Wikimedia - Andrii Cherninskyi - CC BY-SA 4.0

J’ai depuis réduit la dose de médicaments, et j’envisage de voir avec mon médecin traitant si on peut remplacer cette molécule par une autre. Je dors mieux ces derniers temps (six heures, voire plus), et le neurologue estime que les chances d’avoir une nouvelle attaque sont minimes. Il souhaite cependant me faire faire un IRM, qui peut révéler certaines anomalies que l’on ne peut déceler avec un CT-Scan.

Dans la mesure où le neurologue pense que la crise a été provoquée par un concours de circonstances identifiées, il est confiant dans le fait que l’IRM sera normal. Une fois ceci vérifié, il écrira une lettre à l’attention du ministère des transports, pour demander le rétablissement de mon permis de conduire.

Avec un peu de chance je pourrai retrouver le droit de conduire avant la venue de l’hiver

L’IRM ne pourra pas être fait avant mon traitement à Homewood et nous l’avons donc programmé pour le début de septembre. Avec un peu de chance je pourrai retrouver le droit de conduire avant la venue de l’hiver.

C’est donc une bonne nouvelle et un grand soulagement. Je vais pouvoir me consacrer à mon traitement sans avoir à me demander si en plus de mes troubles d’ordre psychologique/psychiatrique je n’aurais pas à me soucier de troubles neurologiques.

Quoi qu’il en soit, même si je récupère mon permis de conduire, nous envisageons de vendre une des voitures et je pense continuer à pédaler autant que possible : je m’y suis habitué et ça a des effets bénéfiques visibles sur ma condition physique. Et puis je me rends compte que j’aime ça me déplacer à vélo.

Un autre effet inattendu, c’est que quand je vais faire les courses je dois éliminer tous les achats superflus par souci d’efficacité : il faut en effet que je puisse tout faire rentrer dans mon sac à dos. De fait j’ai remarqué une nette baisse de nos dépenses courantes – ce qui signifie également que j’étais jusqu’à présent un gros dépensier.