Apologie de la glandouille

J’en suis arrivé au point où j’étais devenu incapable de travailler, et où j’avais même peur de faire une grosse bêtise au boulot.

J’ai pris quelques jours de congés.

Donc voilà, je me repose à la maison. Le but est de vraiment me re-po-ser : pas d’email boulot, pas de travaux de rénovation à la maison. Même pas d’interaction sociale. Repos complet, en mode ermite. Tout au plus, une petite escapade à la salle de sport. Tant que c’est pour m’occuper de moi, et rien que moi, ça va. Bon et les courses aussi, parce qu’il faut bien qu’on mange.

À part ça je mène ma vie tranquillou à la maison, pendant que les rejetons sont à l’école et que Madame est au boulot ou à l’école. Je n’essaie même pas de réfléchir, je fais des trucs cons comme passer une demi-journée à regarder des séries coréennes.

Le fait de ne rien foutre, mais absolument rien, fait retomber la tension. J’évite tout ce qui peut me contrarier ou me rendre nerveux.

Mon esprit est moins embrumé, l’anxiété a considérablement diminué. Les idées sont moins noires. Beaucoup moins noires.

En fait je devrais glander plus souvent : ça semble me faire du bien.

Ne foutez rien : c’est bien.

In a bad place

I thought I was doing better. It was nice the time it lasted, but it was just an illusion.

EMDR helped a lot with flash-backs and jumpiness. So much so that I even believed that my life was back to “normal”.

I was mistaken.

It was very gradual, over the course of a few months. I think I know what triggered it.

When I realised something was amiss it was already too late. According to the doctor things are pretty bad. He put me back on meds, and I am resuming counselling next month.

I tried to keep going and ignore it. I should have listened to my body and my mind, and taken some rest. But I didn’t want to: I pretended I was alright. Which made things even worse. My level of anxiety is at its highest and I can feel the fear and emotional flash-backs coming back.

I freaked out at work. Had a pretty bad panic attack. In front of everyone. And it may have serious consequences. I hate myself for it, I hate that I get confused and disoriented. I hate that I am losing control over myself.

I hurt so much inside. I feel scared and lonely.

Le chiac

La co-existence du français et de l’anglais est un éternel débat qui divise les deux peuples fondateurs du Canada. Les Acadiens du Nouveau-Brunswick ont trouvé un compromis dans le chiac, langue vernaculaire employée dans la province bilingue.

Ça ressemble à ça[1] :

J’aime ça, je trouve que c’est un moyen d’unir les deux langues officielles.

Woah woah woah, le dog ! Touche pas à mon ray-gun, tu pourrais hurter ton self, huh.

Le chiac est considéré par beaucoup comme du franglais ou du mauvais français. Il ne fait cependant pas de doute que c’est un élément de l’identité culturelle acadienne.

Est-ce une langue à part entière ? A-t-elle une légitimité ? Ce qui est sûr c’est que le chiac existe et est parlé dans les foyers, ce qui pose la question de sa place dans la société. Source de gêne ou de fierté ? Faut-il le montrer ou le cacher ?

Je ne suis ni linguiste ni sociologue, mais je trouve ce mélange plutôt savoureux.

Discussion intéressante dans le documentaire Éloge du chiac tourné en 1968, qui soulève certaines questions auxquelles nous aussi devons faire face :

Il existe une suite à ce film, faite plus de 40 ans plus tard et disponible (payant) sur le site de l’ONF : Éloge du chiac - partie 2.


  1. Transcription de ce que je comprends du clip « Histoire de Toy » :

    ANNONCEUR: Walt Disney Pictures est ben ben proud de vous présenter le long métrage acadien – « Histoire de Toy »

    WOODY: Tout le monde y est crazy sur l’nouveau toy.

    BERGÈRE: Well, Woody c’est kind of normal, as-tu vu comment il est full-equipped? On dirait Robocop.

    BUZZ: Woah woah woah, le dog! Touche pas à mon ray-gun, tu pourrais hurter ton self, huh.

    PATATE: Wow! T’as un ray-gun! Comment ça t’as pas de ray-gun, toi, Woody?

    WOODY: Duh! C’est pas un ray-gun, god, c’est juste un flashing light.

    COCHON: Quoi-ce qui est wrong avec Woody?

    PATATE: Well, il est jealous.

    WOODY: OK stop it now, on est toute vraiment impressed par le nouveau toy d’Andy…

    BUZZ: Toy?

    WOODY: J-O-U-E-T: TOY

    BUZZ: Er sorry Woody, mais j’pense que le word que tu search c’est « space patroller ».

    WOODY: Oh god que non, le word que j’aimerais dire j’peux pas l’dire parce que y’a des young toys dans la room, mets-en

    PATATE: Il look vraiment jealous Woody.

    DINO: Uh huh! Monsieur Lightyear, chu un p’tit peu curious, c’est quoi le real job d’un space patroller ?

    WOODY: Jeez! Vous êtes ben stupid, vous allez pas croire que c’te weird toy là c’est un space patroller, que y a des ray-guns et qu’il peu flyer ?

    BUZZ: Er sorry…

    JOUETS: Wow! Jeez!

    COCHON: Oh jeez! Que y’est cute!

Ups and Downs

Niagara Falls - 2016-03-26

[English here]

Ça fait un an que les choses vont beaucoup mieux dans ma tête.

Par là j’entends que le voile de la dépression s’est levé, et que la sensation permanente que je vais mourir d’une mort violente au tournant de la rue s’est dissipée, ainsi que les sursauts au moindre bruits ou l’apparition d’une silhouette au coin de l’œil. La tension au moment d’aller sous les couvertures, la peur de m’endormir, le sentiment d’insécurité : ça aussi c’est parti.

Mon quotidien est donc pour ainsi dire normal, je profite des bons moments, certaines journées sont au contraire moins top, mais c’est juste le lot de la vie : c’est pas le monde des Bisounours tous les jours.

Aujourd’hui je n’arrive pas à bosser. Mon esprit refuse de co-opérer et pourtant j’ai des choses importantes à lire et à préparer.

Et puis il y a des périodes où le moral est bas, le niveau d’angoisse monte imperceptiblement, jusqu’à ce qu’il soit décelable, mais à ce moment c’est déjà trop tard : ma journée est foutue et je n’accomplirai rien de bien utile cette journée.

En général, ces périodes d’angoisse, voire de panique, sont liées à des dates. Dates anniversaires qui me rappellent des événements passés ou des personnes. Par exemple ça fait exactement 10 ans par exemple que mère est décédée, emportée par le cancer, et le souvenir me fout le moral à zéro.

Des fois il n’y a pas d’explication : je me réveille et je sais que je vais passer une journée pourrie, incapable de me concentrer sur quoi que ce soit, les muscles tendus et la mâchoire serrée. D’ailleurs je serre tellement les dents que sous la pression je me suis fendue une molaire il y a deux semaines, et j’ai dû la faire extraire tellement ça faisait mal.

Aujourd’hui je n’arrive pas à bosser. Mon esprit refuse de co-opérer et pourtant j’ai des choses importantes à lire et à préparer.

Pour maîtriser la crise d’anxiété, j’ai pris des médicaments, mais le problème c’est qu’apparemment ça me met KO et du coup j’ai du mal à ne pas m’endormir la face sur le clavier.

Ça fait deux jours que ça dure et je pense qu’il faut que je trouve une solution. J’ai prix un rendez-vous chez le docteur. Je vais voir si je peux changer de médication, et peut-être demander à reprendre la psychothérapie.

J’en suis à mon troisième café depuis ce matin et je n’arrive pas à garder les yeux ouverts.

Je vais m’en faire un autre, en espérant que ça va m’aider à garder l’esprit éveillé.


Things have gotten much better in my head for the past year.

By that I mean that the veil of depression has lifted, the constant feeling that a violent death awaits at the corner of the street has subsided, as well as the startling response at the slightest noise or at the sight of a silhouette from the corner of my eye. The tension when comes bed time, the fear to fall asleep, the sentiment of being unsafe: those are gone too.

I can say that my everyday life is normal, I am able to enjoy good times, some days are on the contrary not as excellent, but this is the normal course of life: every single day is not meant to be a day in the land of the Care Bears.

Today I am not in a state where I am able to work. My mind refuses to co-operate despite my having to read and prepare important stuff.

Then there are these periods of time where morale is low, anxiety level creeps up imperceptibly, until I start to notice it, at which point it is too late: my whole day is wasted and I won’t have anything useful done.

In general, these anxiety – or even panic – episodes are related to recurring dates: anniversaries that remind me of past events or people. For instance it has been exactly 10 years since my mother died, taken away by cancer, and this memory is bringing my morale down to zero.

Sometimes there is no explanation to these episodes: I wake up in the morning and I know I am going to have a shitty day, unable to concentrate on anything, tense muscles and clenched jaws. In fact, I apply so much pressure to my teeth that two weeks ago I fractured a molar, and I had to have it extracted.

Today I am not in a state where I am able to work. My mind refuses to co-operate despite my having to read and prepare important stuff.

To counter the anxiety attack I have taken medication, but the problem is that it seems that the meds are knocking me out and as a result I am struggling not to fall asleep face down on my keyboard.

It has been going for two days and I think I have to do something about it. I made an appointment with the doctor. I will ask if I can change medication, and maybe ask to resume psychotherapy/counselling.

I’m at my third coffee today and I can’t even keep my eyes open. I am going to brew another one, in the hope that it helps keep me awake.

10 ans

Nous avons beaucoup parlé les jours qui ont précédé.

Tu nous disais que tu étais contente de voir que tes enfants s’en sortaient plutôt bien étant donné les épreuves que nous avions traversé. Tout ça c’est grâce à toi en vérité.

Aujourd’hui tes fils vont bien. Ils ont finalement atteint la stabilité à laquelle ils aspiraient. Ils s’occupent de leurs familles respectives du mieux qu’ils peuvent, et ils ne s’en tirent pas trop mal.

Tu nous a dit que ton seul regret était de partir sans voir tes petits-enfants grandir.

Ceux qui vivent du Canada se souviennent de toi, même s’ils étaient encore bien jeunes. Ils vivent une vie confortable loin du besoin, et sont bons enfants dans l’ensemble. Tu as aussi une petite-fille en Thailande. Elle n’a pas eu la chance de te rencontrer, mais je sais qu’elle te connaît au travers de son père, et qu’elle sait à quel point tu étais une femme forte et formidable.

J’aurais tant de choses à te dire. Il y a tant de moments que j’aurais aimé partager avec toi.

Ça fait 10 ans, jour pour jour. Tant et si peu de temps.

Tu me manques terriblement.


We talked a lot the days before.

You told us you were glad to see that your children were doing rather good in life, given the hardships we had lived through. The truth is that it was all thanks to you.

Today your sons are going well. They have finally reached the stability they aspired to. They take care of their respective families as best as they can, and they’re not doing that bad of a job.

You told us your only regret was that you were leaving without seeing your grandchildren grow.

Those who live in Canada do remember you, even though they were still very young. They live a plentiful and comfortable life, and are good kids overall. You also have a granddaughter in Thailand. She never had a chance to meet you, but I am sure she knows you through her father who tells her how strong and formidable a woman you were.

There are so many things I’d like to tell you. So many moments I wish I had been able to share with you.

It was 10 years ago today.
So much, yet so little time.

I miss you so much.

Chúc Mừng Năm Mới

Bonne année !

C’est le Tết Nguyên Đán, le début du festival du printemps qui marque le nouvel an vietnamien.

Le nouvel an vietnamien se fête en général à la même date que le nouvel an chinois, mais comme il y a une heure de décalage entre Hanoi, la capitale du Vietnam, et Beijing, celle de la Chine, il arrive que la nouvelle lune ne tombe pas à la même date, et de fait il y a un décalage d’une journée tous les 100 ans environ.

Selon la tradition, les enfants reçoivent des enveloppes rouges contenant de l'argent.

Autre différence entre les traditions chinoise et vietnamienne : les signes astrologiques sont presque tous les même, à l’exception du lapin qui n’existe pas au Vietnam ; le signe correspondant est le chat. Ainsi, notre Manola est née sous le signe du chat selon son héritage vietnamien, mais sous le signe du lapin d’après la tradition lao. Mais la différence est minime : il paraît que les viandes des deux animaux ont le même goût :)

Comme chaque année, Postes Canada édite des séries de timbres sur le thème du zodiaque chinois.

Cette année c’est l’année du singe, le signe de Max :)

Adieu 2015, voici 2016

(English version here)

2015 a été une année de mutation. Voici un aperçu de ce qu’a été notre vie durant l’année écoulée :

  • Noey travaille maintenant à plein temps dans un atelier beaucoup plus proche de la maison. À moins de 10 minutes, c’est appréciable (c’était 45 minutes pour se rendre à son emploi précédent, d’où elle a démissioné au bout de deux mois). C’est une bonne société, gérée par des êtres humains. Elle a été embauchée comme apprentie à un salaire plus élevé que la boîte précédente. Tous les jeudis elle va au collège où elle suit sa deuxième année de formation d’opératrice de machines-outils. Elle a même entamé la programmation de machines à commandes numériques, c’est trop cool. Le seul point négatif c’est qu’elle commence tôt, à 7 heures du matin. Enfin, au moins comme ça on apprend à ne pas veiller trop tard le soir.

J’apprécie pleinement à quel point c’est génial de vivre près de son travail

  • Mon bureau a déménagé. C’est un gros changement mais il est globalement postitif : davantage d’espace et de clarté, et fini les fuites au plafond. L’inconvénient c’est que maintenant je dois conduire 10 minutes, ce qui est deux fois plus qu’avant. J’ai l’air de me plaindre mais en réalité je blague : j’apprécie pleinement à quel point c’est génial de vivre près de son travail, et je ne supporterais pas d’avoir un trajet matinal de 30 minutes. Point d’ombre au tableau : je suis maintenant assis à proximité des commerciaux ; dès qu’ils passent en mode vente et que le pipeau bat son plein, j’enfile les écouteurs. En conséquence j’écoute beaucoup de musique.

  • Le monospace de Noey accusait son âge et une remise en état aurait coûté plus cher qu’acheter une voiture — ce que nous avons donc fait. Cette fois nous avons opté pour une citadine et je l’aime beaucoup. Elle se conduit bien et semble fiable. C’est une Nissan Versa millésime 2008 (connue ailleurs sous le nom de Nissan Tiida), cousine proche de la Renault Clio européenne, modèle très populaire en France. Bien entendu elle a une boîte manuelle, et c’est une six vitesses, oh yeah! Venant d’Europe, je reste sur l’idée que les automatiques c’est pour les handicapés — ou bien ceux qui passent la journée à conduire en ville, comme les chauffeurs Uberpop de taxi par exemple.

Un petit air de Renault Clio - Image Wikimedia

C’est ce qui arrive aux humains quand ils atteignent l’adolescence

  • Notre fille a atteint ses 16 ans[1]. Et elle est devenue une vraie plaie. Je sais que ce n’est pas entièrement sa faute : c’est ce qui arrive aux humains lorsqu’ils atteignent l’adolescence et deviennent des paquets d’hormones ambulants. Mais franchement, en tant que parent, ça craint. Pour être honnête ça craint au moins autant pour elle, si ce n’est plus. Mais bordel, ça fout tout le monde en boule à la maison ! Nous avons eu des conflits explosifs ces derniers mois, et nous nous sommes mis d’accord sur le fait que pour arriver à gérer la situation (pratiquement hors de contrôle), une thérapie s’imposait. Elle a accepté de suivre des séances individuelles et elle vient de commencer. J’espère fortement qu’une aide extérieure va nous aider à calmer le jeu.
  • Le refuge pour sans-abris où je faisais du bévévolat l’hiver dernièr a fermé. Notre région a changé de cap et se tourne désormais vers des solutions à long terme plutôt que des mesures d’urgence pour aider les sans-logis, et j’ose croire que ça va au final permettre d’apporter une aide durable pour les gens qui ont besoin d’un toit sur la tête. Je sais qu’il y aura toujours des gens en demande de refuges temporaires, et il existe toujours des alternatives dans la région, mais si on peut améliorer la situation générale à long terme je suis d’accord. Suite à la fermeture du refuge, je fais maintenant du bénévolat pour l’Association Canadienne pour la Santé Mentale, et je consacre trois heures par semaine à visiter et converser en Français avec une personne âgée. Comme vous le savez, les sans-abris, la santé mentale et la violence et abus domestiques sont des sujets qui me tiennent à cœur car ils me touchent personnellement, c’est pourquoi je reste dans cette thématique.

Il répète régulièrement, fait de véritables progrès

  • Tandis que notre fille, en classe de première, prépare ses candidatures universitaires et autres concours d’entrée en école de musique, notre fils a enfin accepté de se consacrer à une activité extra-scolaire régulière. Bien que nous ayons un piano, une guitare acoustique et une flûte traversière à la maison, il ne s’y intéresse point : ce qu’il veut c’est faire des percussions (il veut être batteur de rock, pas faire du bongo). Alors je lui ai déniché une batterie électronique (afin qu’il s’entraîne avec un casque sur les oreilles histoire ne pas nous rendre fous), et jusqu’à présent les choses se passent mieux que prévu : il répète régulièrement, fait de véritables progrès, et a même demandé à se produire pour le spectacle de Noël de l’école (son morceau a eu un franc succès). Je suis content qu’il ait finalement trouvé une activité à son goût. Enfin.

Boom boom boom - this is what he plays on

  • Nous avons finalement pris le taureau par les cornes et en juillet nous avous commencé les rénovations de notre vieille cuisine. C’est une tâche énorme parce que nous faisons tout nous-même et ne voulons pas recourir au crédit à la consommation. Ça veut dire que le projet a avancé doucement jusqu’ici, mais je suis heureux de pouvoir annoncer qu’à compter de décembre, plancher, gaz naturel, plomberie, circuit 240V, four, plaques de cuisson, évier et plan de travail sont installés et fonctionnels. Il reste quelques prises électiques à ajouter, faire l’éclairage, installer un bar, finir le cadre de l’ouverture dans le mur, installer la crédence et passer une ou deux couches de peinture. Grosso-modo la cuisine est en place (le gros-œuvre est terminé) mais il y a encore les travaux de finition à faire.

J’ai suivi une thérapie EMDR et ça a changé ma vie

  • Et maintenant la grande nouvelle de 2015 : côté santé mentale, j’ai suivi une thérapie EMDR et ça a changé ma vie. Je sais que le PTSD — et les crises de dépression qui s’y rattachent — sont des choses que je devrai gérer pour le restant de mes jours ; mais l’EMDR a été d’une aide prodigieuse. Je peux maintenant mener une vie normale, à condition de me surveiller de près et de maintenir mon programme d’exercice physique.

  • L’exercice physique en question consite à fréquenter la salle de sport six matins par semaine, avant de me rendre au boulot. Rien d’extraordinaire, vraiment, juste deux heures de « temps personnel » chaque matin, durant lesquelles je cours sur le tapis pendant 30 minutes, fais un parcours de machines d’exercice, et me délasse dans le bain de vapeur. Le but est de transpirer et de sécréter des endorphines, pour réguler mon humeur sans avoir à recourir aux médicaments. En bref : je fais de l’exercice pour éloigner la dépression, et jusqu’à présent ça marche plutôt bien.

  • Avec une santé mentale en nette amélioration, j’ai même réussi à lire quelques livres récemment. C’est quelque chose que je n’avais pas réussi à faire depuis un bout de temps, et je considère ça comme un grand pas en avant.

En résumé, l’année 2015 a amené pas mal d’évolutions dans notre vie quotidienne. Nous avons moins de temps libre parce que nous somme occupés à travailler, faire du sport, conduire les enfants, faire du bénévolat, ou des travaux dans la maison, et qu’en conséquence les enfants doivent s’occuper d’eux-même (ils préparent leur gamelle eux-même par exemple), mais bien que nous soyons tous très occupés et qu’il y ait parfois des tensions d’origine mentale ou pubertaire, nous faisons tous des efforts pour passer du temps agréable en famille.

Notre objectif pour 2016 est maintenant de rester occupés, et de mieux s’organiser afin pouvoir continuer à profiter de la vie. En ce qui me concerne, je travaille encore à améliorer ma condition mentale. J’ai surmonté le gros des symptômes du PTSD mais j’ai encore des crises passagères (moins intenses qu’avant) ; j’arrive beaucoup mieux à déceler les signes, et à agir en conséquence. Pour m’aider j’ai l’intention de faire appel à la méditationde manière plus régulière.

En bref, je veux que 2016 soit une continuation de 2015 dans le sens où j’ai le sentiment de nous construire un avenir meilleur, et que je veux le bâtir sur des fondations stables.

Ma devise pour l’année 2016 sera donc celle de la ville de Waterloo:

“Stabilité”

Une autre chose que j’aimerais faire, si le temps et les sous le permettent, c’est envoyer Noey et les enfants en vacances en France. Mais nous n’y arriverons sans doute pas cette année. Peut-être en 2017.


  1. Pas de fête grandiose pour le Sweet Sixteen : nous ne faisons pas de fêtes d’anniversaire, et le cap des 16 ans n’a aucune signification pour nous. Elle n’est même pas pressée d’apprendre à conduire.

Goodbye 2015, hello 2016

2015 was a year of change. Here is a glimpse of what has happened in our lives in the past year:

  • Noey started working full-time for a shop that is much closer to home. She has less than 10 minutes of travel time, which is good (45 minutes each way for the previous job, which she quit after two months). It is a good company, run by human beings. They hired her as an apprentice, at a higher wage than what she had at the previous place. And every Thursday she attends college where she does her second year of training to be a general machinist. She even started CNC programming, which I find is pretty neat. The only thing that kind of sucks is that she starts early in the morning, at 7:00. Well, at least we are learning not to stay up to late at night now.

I fully appreciate how awesome it is to live close to work

  • My work place has moved to new facilities. While this is quite a change, it is a positive one overall: more space, more light, no more leaky roof. The only “drawback” is that I now have a 10-minute drive, which is twice what I had before. Actually, I am not really complaining, on the contrary: I fully appreciate how awesome it is to live close to work, and I would really hate to have a 30-minute morning commute. One thing that is not so good, though, is that I now sit closer to sales; I put my headphones on when the sales-pitch and bullshitting get really annoying. As a result, I end up listening to a lot of music.

  • Noey’s minivan was really getting old and needed repairs that would have cost more than buying another car — which we did. This time we got a small city car, and I like it very much. It drives well and feels very reliable. It is a 2008 Nissan Versa (known in other markets as Nissan Tiida), a close cousin of the Renault Clio, a very popular car in France. Of course it has a standard transmission. We are from Europe, where automatic cars are for disabled people — or maybe people who spend their entire days doing city driving for a living, like Uber taxicab drivers for instance. And it’s six-speed, baby!

Un petit air de Renault Clio - Image Wikimedia

This is what happens to humans when they reach the stage of adolescence

  • Our daughter has turned 16 [1]. She has become a pain in the arse. I know it is not entirely her fault: this is what happens to humans when they reach the stage of adolescence and go into hormone overload. But really, as a parent, it sucks. To be fair it probably sucks at least as much for her, if not more. But boy, is it hard on everyone at home! We have had a few major clashes in the past months, and we agreed to the fact that in order to deal with the situation (which was bordering on getting out of control) we needed counselling. She accepted to go individually and started recently. I have great hopes that getting external help will improve the overall situation.
  • The winter shelter for homeless people for which I had been volunteering last year has closed. Our region has changed focus in the way it wants to address homelessness, and is now set on trying to find long-term solutions rather than emergency measures; I trust that this will eventually provide sustainable help to people in need of a place to live. I know that there will always be some people who need temporary shelters, and there are still options available in the region, but if we can improve things in the long run I am cool with it. As a result of the shelter closure, I am now volunteering for the Canadian Mental Health Association, spending three hours a week visiting an elderly patient and making conversation in French. As you know, homelessness, mental health and domestic abuse are topics that are very important to me because they are very personal, so I am sticking to these themes for now.

He does practice regularly, actually making progress

  • While our 11th-grader of a daughter is focused on university and music school auditions, our son has finally accepted to engage in an extra-curricular activity on a regular basis. We have a piano, an acoustic guitar and a (transverse) flute at home, but he will touch none of these: he wants to learn to play the drums (as in rock band drum kit, not the bongo type). I therefore got him an electronic set (he can practice with headphones without driving us crazy), and so far things are going surprisingly well: he does practice regularly, actually makes progress, and even asked to perform at the Christmas talent show in school (his number was very successful). I am glad he found an activity he actually enjoys. Finally.

Boom boom boom - this is what he plays on

  • After all these years we’ve bitten the bullet and started renovating our old kitchen in July. This is a huge undertaking because we are doing it all by ourselves and have no intention of using financing for this project. This means that things have been moving slowly, but I am happy to report that as of December the flooring, natural gas, plumbing, 240V power, appliances, sink and counter-top are all in place and fully functional. We still have to add a couple of electrical outlets, do the lighting, install a breakfast bar, frame the opening we did in the wall, pick and install the back-splash and add a few coats of paint. So basically, the bulk of the kitchen is in place, all the heavy-duty stuff is completed, but there is still some finishing work to do.

I underwent EMDR therapy, and it has changed my life

  • Now for the real big news of the year 2015: on the mental health front I underwent EMDR therapy, and it has changed my life. I know PTSD — and associated bouts of depression — are things I will have to deal with for the rest of my life; but EMDR has helped tremendously. I can now lead a normal life, provided I watch myself very carefully and keep up with my physical exercise regime.

  • Said physical exercise consists in going to the gym five to six mornings a week before going to work. Nothing fancy, really, just two hours of “me time” every morning, where I run on the treadmill for 30 minutes, go through a circuit of exercising machines, then relax a bit in the steam room. The goal is to sweat and release endorphins, so that I do not have to rely on medication to control my mood. In short: I am exercising to keep depression away, and it is working quite well so far.

  • My mental condition having stabilised and greatly improved, I even have been able to read a few books lately. This is something I had not been able to do for a while, and I consider this a big step forward.

In summary, the year 2015 has brought a lot of changes in our daily lives. We have much less free time because we are now busy working, exercising, driving the kids places, volunteering, or renovating the house, and as a result the kids have to take care of themselves (they now have to prepare lunch themselves for instance), but despite everyone being busy and the occasional tension due to mental condition or puberty, we all make efforts to spend time together as a family.

Our goal for 2016 is now to keep up being busy, and get better organised so that we can still spend time enjoying life. As for myself, I am still working on improving my mental health. I have overcome most of the PTSD symptoms but I still do have (milder) episodes at times; I am getting much better at recognising the signs and act accordingly. One thing that can help me is meditation, which I have started but have yet to practice on a regular basis.

In short, I want 2016 to be a continuation of 2015 in the sense that I feel that we are building a better future for ourselves, and I want this to be built on solid and stable bases.

My motto for the year 2016 will be the same as that of the City of Waterloo:

“Stability”

One more thing I’d like to do, time and finance permitting, is to send Noey and the kids on holidays to France. But we may not be able to hit that target this year. So maybe 2017, then.


  1. No Sweet Sixteen celebration: we don’t do birthday parties, and 16 doesn’t have any particular significance to us. She is not even eager to learn how to drive.